L’Euro 2016 est bénéfique pour l’économie française

Des cabinets d’études sont mandatés pour effectuer  le bilan de l’Euro 2016, et ce ne serait pas pour demain que l’on obtiendra les chiffres exacts sur les paniers moyens de dépenses, les spectateurs qui étaient venus en France afin de connaître les durées de séjour des étrangers à cause de l’Euro 2016, etc.

euro-2016.jpg

Mais d’une manière globale, l’estimation  du chiffre d’affaire de l’Euro 2016, environ 1,2 milliards d’euros, représente environ le 1/10 du PIB du pays France.

Les secteurs qui profitent le plus de l’Euro 2016

Les cabinets d’études ont décidé de considérer, pour évaluer l’impact de l’Euro 2016 sur l’économie française, les mouvements des spectateurs étrangers, en mettant comme hypothèse que les français résidants dépensent en raison de l’Euro 2016, mais ils ne dépensent pas ailleurs. Il a été estimé que les spectateurs étrangers allaient couvrir 40% des stades lors des matchs, mais effectivement le taux avoisinait les 60% durant les premiers matchs. Et puis, la durée de séjour des étrangers a dépassé ce qui a été prévue, c’est-à-dire jusqu’à un mois. En général, le bilan est positif en faveur des villes qui ont accueilli les matchs, par exemple les vendeurs de pizzas ont fait un record de 5 pizzas commandés/livrés par seconde soit 70% de plus qu’à l’ordinaire, le secteur transport ferroviaire a réalisé 130% de plus que d’habitude. Presque tous les secteurs ayant trait au tourisme ont profité de l’Euro 2016.

L’après Euro 2016: vers une baisse de la croissance?

Selon certains économistes, l’Euro 2016 ne va pas mettre en aucun cas la France en faillite. L’essentiel qui est palpable est le résultat attendu de l’ordre de 1,2 milliards d’Euros. Ce n’est très grand par rapport au produit intérieur brut du pays, mais c’est déjà quelques choses car il n’y pas de perte d’exploitation à vue.

lapres-euro-2016.jpg

Une baisse de croissance n’est pas évident, car à voir les infrastructures réalisées en l’occurrence sont déjà des bénéfices exploitables durant un certain temps. Et puis, il ne faut pas minimiser l’impact psychologique lorsque l’équipe française était parvenue à la phase finale de la compétition, malgré tout.

Author: Louise

Share This Post On